Le Monde de la Vape , Liquide

10 Idées reçues sur le CBD

Le 13 juillet 2021

 

Issu d’une famille de plantes appartenant à la variété Cannabis Sativa L, dont le chanvre, le cannabidiol (CBD) est actuellement convoité autant qu’il est questionné.

Et pour cause : c’est un cannabinoïde, au même titre que le tétrahydrocannabinol (THC), cette molécule psychotrope recherchée par les consommateurs de cannabis dit récréatif. Aussi, le cannabidiol est encore considéré par certains, à tort, comme un produit stupéfiant, au même titre que la marijuana. Une confusion entre CBD et cannabis difficile à dissiper. Pourtant, le CBD est très différent du THC, et mérite un petit balayage des idées reçues qui lui font du tort pour mieux comprendre son utilité.

Démêlons ensemble le vrai du faux sur le cannabidiol grâce à ce top 10 des idées reçues sur le CBD !

 


 

1 : Le CBD est une drogue

 

Attention aux raccourcis ! Ce n’est pas parce que le cannabidiol est une molécule extraite du cannabis que c’est une drogue. Certes, le CBD provient du cannabis tout comme le THC. Mais il y a cannabis et cannabis !

Tout comme on trouve plusieurs variétés de menthes, il existe de nombreuses plantes appartenant à la famille Cannabis Sativa L. Celles cultivées pour un usage stupéfiant contiennent naturellement beaucoup de THC. Ce n’est pas le cas des variétés sélectionnées pour la culture du CBD : elles contiennent beaucoup de cannabidiol mais presque pas de THC (moins de 0,2%). Or, c’est le THC qui est responsable des effets récréatifs du cannabis tels qu’on les connaît. Par conséquent le CBD n’est pas une drogue et n’est pas considéré comme un produit stupéfiant.

Non psychotrope, le CBD est toutefois psycho-actif. Autrement dit : il n’altère pas la conscience comme une drogue, mais agit positivement sur la régulation des émotions en agissant sur certains récepteurs neurochimiques. La recherche médicale se penche même actuellement sur les interactions entre le CBD et les récepteurs de la sérotonine, une substance neurochimique, qui, en manque, entraîne des troubles de l’humeur.

 

Le CBD fait-il planer ?

Le CBD ne procure pas les mêmes sensations que celles obtenues en fumant un joint. Comportant moins de 0,2 % de THC, il ne permet pas d’obtenir un quelconque effet récréatif planant, ne modifie pas la perception et n’altère ni les fonctions cognitives ni les fonctions motrices. Toutefois, il ne manque pas d’intérêt pour un usage plaisir pour autant. Car après tout, que recherche-t-on lorsqu’on prend un produit stupéfiant ? Un certain bien-être, que l’on ne croit accessible qu’en altérant sa conscience. Erreur : il y a d’autres moyens d’y accéder. Le CBD tire précisément son épingle du jeu dans le domaine du bien-être, en apportant une réelle détente et un soulagement des troubles de l’humeur sans effets psychotropes délétères associés.

 


 

2 : Le CBD est illégal

 

La législation autour du CBD subit actuellement des clarifications depuis sept mois, pour sortir d’un vide juridique problématique qui questionnait les utilisateurs sur la légalité ou non d’en consommer.

Des modifications favorables au CBD, qui autoriseront officiellement la culture, l’importation, l’exportation et la transformation des fleurs de chanvre et d’autres variétés de cannabis riches en CBD et pauvres en THC (moins de 0,2 %). Seule la commercialisation des fleurs et feuilles brutes sera interdite pour éviter toute prise de CBD en fumant, dangereuse pour la santé à cause de la combustion. Autre raison : la difficulté de différencier à l’œil nu une fleur de cannabis riche en CBD d’une autre riche en THC, et les potentiels problèmes de contrôle qui en découleraient. Les produits transformés au CBD sont donc légaux en France à condition de prouver leur taux inférieur à 0,2% en THC.

 

Est-ce que le CBD est détectable au test salivaire ?

Vous ne serez pas hors-la-loi en consommant du CBD autorisé en France, contenant moins de 0,2 % de THC. Vous n’aurez donc aucune raison de craindre les tests salivaires effectués sur la route par les autorités pour vérifier votre capacité à conduire en sécurité. Le CBD n’est en effet pas recherché lors des tests, seul le THC l’est.

Pour autant, évitez de conduire après avoir pris une forte dose de CBD, surtout en cas de fatigue, même légère. Le cannabidiol, qui favorise un endormissement rapide et un sommeil plus qualitatif pourrait alors entraîner une somnolence, surtout chez les consommateurs non habitués ou particulièrement réceptifs aux effets de cette molécule.

 


 

3 : Le CBD rend dépendant

 

Si le cannabidiol apporte du bien-être, il n’entraîne aucune dépendance même en cas de prise prolongée. Des experts en pharmacodépendance n’ont en effet trouvé aucune preuve scientifique qui en attesterait, suite à quoi l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré que "le CBD n'est pas susceptible de créer une dépendance contrairement à d'autres cannabinoïdes, comme le THC."

 

Peut-on devenir accro au CBD ?

Vous l’aurez compris, consommer du CBD ne vous fera pas devenir accro à cette molécule. Pourquoi ? Là où la prise de THC entraîne une production de dopamine, cette molécule biochimique du plaisir immédiat, dont le corps voudra toujours davantage, la prise de CBD n’en entraîne pas.

Par conséquent, vous ne ressentirez aucune envie d’augmenter votre dosage de cannabidiol lorsque vous aurez trouvé celui qui vous convient, et pourrez tout à fait en consommer de manière sporadique pour une action aigue et momentanée. Le CBD ne crée pas de "high", mais contribue au bon fonctionnement de différents systèmes du corps, indispensables pour se sentir en forme et stable émotionnellement.

 

CBD pour sevrage : une aide précieuse

Mieux encore, l’action du CBD sur le système endocannabinoïde permet de contribuer à lutter contre les addictions. Les chercheurs poursuivent les études à ce sujet, en analysant les effets du CBD dans différents sevrages, comme celui de la nicotine. Il apparaît déjà que le CBD peut réguler les circuits neuronaux perturbés par une dépendance longue durée, et combler le manque d’endocannabinoïdes naturels du corps constaté en cas d’abus de certaines substances addictives.

 


 

4 : Le CBD est dangereux

 

Ce n’est pas l’avis de l’Organisation Mondiale de la Santé, qui a déclaré à son sujet "À l'état pur, le CBD ne semble pas présenter de danger (pour la santé) [...] il n'est donc pas nécessaire de le classer comme substance réglementée". Le cannabidiol n’est en fait pas considéré dangereux car il est dénué d’effets toxiques et psychotropes.

Les seules études qui ont trouvé des dangers à cette molécule ont en effet nécessité l’administration de doses massives, bien au-delà des posologies normales employées en consommation de CBD bien-être ou de CBD médical. L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) rappelle toutefois que le CBD peut augmenter les concentrations de certains médicaments dans l’organisme, et donc leur toxicité. C’est là le vrai danger à retenir : les interactions médicamenteuses avec le CBD.

 

Quels sont effets secondaires du CBD ?

Le CBD est généralement très bien toléré. S’ils ne représentent pas un danger, quelques effets secondaires du CBD sont toutefois à noter. Ils apparaissent en cas de surdosage ou de sensibilité particulière à la molécule. C’est pourquoi il est important de toujours commencer une prise de CBD par une faible posologie, pour déterminer sa tolérance personnelle au cannabidiol et observer ses effets sur le corps individuellement. À retenir également : à pathologie égale, le CBD présente très souvent un meilleur profil en termes d’effets secondaires que le médicament habituellement prescrit pour la traiter.

Citons maintenant les effets secondaires en question. Le plus problématique est une fatigue subite avec des vertiges et des étourdissements pouvant survenir chez les personnes naturellement sujettes à l’hypotension, le CBD pouvant réduire la tension artérielle. Si tel est votre cas, testez le CBD avec prudence. Il est également possible de ressentir une sensation de sécheresse buccale. Certains consommateurs mentionnent aussi une réduction de leur appétit. Enfin, en cas de surdosage par rapport aux besoins du corps, des nausées peuvent survenir, voire même des vomissements et des diarrhées.

 


 

5 : L’efficacité du CBD n’est pas prouvée

 

En France, un essai clinique de deux ans sur des patients est en cours pour mieux cibler les domaines d’efficacité du CBD médical. Toutefois, les principaux effets thérapeutiques du CBD ont déjà fait l’objet d’études scientifiques, comme la réduction des douleurs chroniques, la lutte contre l’anxiété et l’équilibre du système digestif. La recherche autour du CBD continue avec des études en cours pour un usage du CBD pour détruire certaines cellules cancéreuses, pour lutter contre l’épilepsie, mais aussi pour freiner des maladies neuro-dégénératives grâce aux propriétés neuroprotectrices du cannabidiol.

 

Quels sont les bienfaits du CBD ?

Le CBD possède de nombreux bienfaits grâce à ses propriétés décontractantes, antalgiques, anti-inflammatoires, antioxydantes et antiseptiques. C’est une molécule qui permet donc de nombreuses utilisations thérapeutiques, pour soulager douleurs musculaires, articulaires, neurologiques, limiter l’inflammation dans l’organisme, soulager les troubles de l’humeur, apaiser des problèmes dermatologiques, et même diminuer les troubles induits par certains traitements lourds comme la radiothérapie ou la chimiothérapie. Mais pas seulement.

Les personnes en bonne santé peuvent aussi profiter des nombreux bienfaits du CBD. Si le cannabidiol contribue à réguler différents systèmes du corps pouvant être perturbés par des pathologies (comme le système immunitaire), son effet sur le système endocannabinoïde profite à tous. Plus de vitalité en journée, un sommeil plus récupérateur, une meilleure résistance aux stress, une sensation de détente : voilà quelques effets observables lorsque les fonctions naturelles de l’organisme sont soutenues par le CBD.

 

Quel est le CBD le plus fort ?

Attention, ce n’est pas la bonne question à se demander pour profiter au mieux des bienfaits du CBD. Penser qu’il faut un CBD surpuissant ou une forte dose de CBD pour un maximum de bien-être est une erreur. Chaque forme de CBD a en effet ses avantages et inconvénients, et la posologie doit être pensée en fonction de son poids et de sa santé pour bénéficier au mieux des bienfaits du CBD. Le meilleur dosage de CBD est quelque chose de très individuel, qui varie toujours d’une personne à l’autre.

 


 

6 : Le CBD guérit des maladies

 

Attention aux confusions : soulager n’est pas guérir ! À ce jour, les recherches médicales sur le CBD n’ont mis en évidence aucune guérison induite par le CBD mais uniquement une diminution de symptômes précis. Aucun cannabinoïde n’est même encore reconnu officiellement comme un traitement médical, bien que des patients en bénéficient déjà dans le cadre d’essais cliniques aux résultats prometteurs. La recherche sur les cannabinoïdes ne semble pas prête de s’arrêter, le système endocannabinoïde étant impliqué dans presque tous les domaines de la médecine, et dans des pathologies très variées comme, entre autres, les maladies neuro-dégénératives, neurologiques, neuro-psychiatriques, auto-immunes et métaboliques.

 

Peut-on se soigner avec du CBD ?

En principe oui, compte-tenu des nombreux bienfaits du cannabidiol. Comment ? Le CBD est un cannabinoïde végétal très similaire aux cannabinoïdes endogènes naturellement sécrétés par notre organisme. En consommer permet d’augmenter les effets de nos endocannabinoïdes, et de stimuler tout un système de récepteurs présents dans les cellules de notre organisme pour réguler notre corps, notamment les récepteurs CB1 (responsables du contrôle du système nerveux, de la fonction motrice et de l’appétit entre autres) et CB2 (liés à la réponse immunitaire). Le CBD facilite donc l’échange de nombreuses substances biochimiques messagères et apporte par ce biais des changements bénéfiques à tout le corps. Le CBD active aussi les récepteurs de la sérotonine, plus connue sous le nom de molécule du bonheur, car souvent déficitaire en cas de troubles de l’humeur.

Cependant, en cas de pathologie avérée, l’usage du CBD comme traitement médical ne peut être du ressort que d’un médecin. Et pour cause : les posologies pour un usage médical sont souvent importantes et nécessitent le suivi d’un professionnel de santé. Autre raison capitale : le risque élevé d’interactions médicamenteuses, pouvant entraîner une moindre efficacité d’un médicament ou au contraire accroître ses effets et sa toxicité. Plus de 50 médicaments sont concernés (antidépresseurs, contraceptifs, anti-coagulants, traitements hormonaux…). Autrement dit : en cas de pathologie et de traitement à suivre : jamais d’automédication avec du CBD, mais un échange avec son médecin généraliste ou spécialiste !

 


 

7 : Le CBD endort

 

Bien qu’il présente un intérêt véritable pour lutter contre les troubles du sommeil, le CBD n’est pas un somnifère et ne déclenche pas le sommeil. Il ne cause donc pas de somnolence diurne, et l’on ne peut pas dire à proprement parler qu’il endort celui qui en consomme. Par son soutien des différentes fonctions du corps, il contribue même à l’inverse à une bonne énergie en journée liée à un sommeil plus récupérateur la nuit.

Attention toutefois, dans le cadre d’une utilisation de CBD dit "full-spectrum", contenant d’autres principes actifs de la plante d’où il est extrait, pour un effet d’entourage qui booste l’efficacité du CBD, il est possible de ressentir un effet sédatif. Un effet non lié au cannabidiol mais au myrcène, un terpène fortement présent dans les variétés de Cannabis Sativa L (molécule odoriférante). Soyez également vigilants à prendre un dosage adapté à vos besoins, sous peine de ressentir une fatigue soudaine pouvant découler d’une chute de la tension artérielle.

 

Est-ce que le CBD aide à dormir ?

Bien qu’il ne déclenche pas artificiellement le sommeil, le CBD aide bel et bien à dormir en agissant sur les causes des troubles du sommeil. Le CBD active en effet un des récepteurs de la sérotonine et contribue à réduire l’anxiété responsable des insomnies et des réveils nocturnes qui empêchent une bonne récupération la nuit. Son rôle de régulateur de différents systèmes du corps contribue également à une amélioration progressive des cycles veille / sommeil, avec un endormissement naturellement plus rapide dès les premières manifestations de fatigue le soir. Enfin, les personnes sujettes à des douleurs pourront aussi s’endormir plus rapidement et bénéficier d’un meilleur sommeil avec le CBD, du fait de la réduction de ces mêmes douleurs qui retardent l’endormissement et peuvent causer de nombreux réveils nocturnes.

 


 

8 : Le CBD donne la Foncedalle

 

Cette idée reçue vient d’un effet bien connu du cannabis riche en THC : l’augmentation de la sensation de faim. Une action documentée qui a conduit à la production de médicaments à base de THC pour faire retrouver l’appétit aux malades souffrant d’un cancer, dont les traitements lourds entraînent de gros effets indésirables sur le plan gastroentérologique.

Si le CBD, à dosage raisonnable, joue comme la THC un rôle dans le soulagement des nausées, il ne donne toutefois pas la célèbre Foncedalle connue par les consommateurs de joints. C’est même le contraire ! Le CBD, en stimulant les récepteurs CB1 du système endocannabinoïde, entraîne une baisse de la sensation de faim.

 

Est-ce que le CBD fait maigrir ?

Par extrapolation, peut-on dire que le CBD fait maigrir ? Naturellement, avoir moins faim conduit à moins manger et donc à diminuer l’apport de calories quotidien. Le cannabidiol, en activant les récepteurs CB2 du système endocannabinoïde, contribuerait aussi à puiser dans les réserves graisseuses pour tirer de l’énergie. Le CBD semble donc avoir un double rôle à jouer dans la perte de poids, comme coupe-faim et brûleur de graisses, mais il ne pourra jamais suffire à lui seul pour une bonne hygiène de vie, dont l’équilibre alimentaire et la pratique sportive restent les piliers. Autrement dit, en absence d’un problème de surpoids important, nul besoin d’avoir recours au CBD pour maigrir. Des études sont par contre en cours pour déterminer l’apport du CBD contre les problèmes d’obésité.

 


 

9 : Le CBD coûte cher 

 

Amis vapoteurs, cela ne vous aura certainement pas échappé : les e-liquides au CBD et boosters de CBD coûtent bien plus cher que leurs homologues nicotinés. On parle en principe d’une fourchette moyenne de 5€ pour un e-liquide à la nicotine contre 10 à 50€ (selon le dosage) pour un e-liquide au CBD. Une différence de prix encore plus flagrante dans le cas des boosters, qui proposent la molécule active en grande quantité. Les autres produits contenant du CBD, comme l’huile de CBD, ont aussi une fourchette de prix assez élevée (entre 30 et 70 euros pour un flacon de 10 ml).

Ainsi, dire que le CBD coûte cher n’est pas une idée reçue, mais elle peut être nuancée, la consommation de CBD ne nécessitant pas forcément un budget important. Tout dépend de la quantité consommée. Or, le CBD peut offrir d’excellents effets à petite dose, ou en consommation ponctuelle, et donc peu impacter votre porte-monnaie. La consommation de nicotine et de CBD ne peut en effet aucunement être comparée.

 

Pourquoi le CBD est si cher ?

S’il ne faut pas mettre le prix pour avoir un produit nicotiné de qualité, la logique n’est pas la même pour un produit au CBD. Et pour cause : le chanvre industriel contient peu de CBD dans ses fleurs par rapport à d’autres variétés de cannabis riches en cannabidiol, plus difficiles à cultiver. De plus, pour bénéficier des effets du CBD sans désagréments, mieux vaut se tourner vers une huile de CBD ou un e-liquide au CBD issu de plantes cultivées en agriculture biologique ou raisonnée, en raison de leur capacité à absorber toute substance chimique environnante (comme les pesticides).

Enfin, la meilleure méthode d’extraction du CBD, dite supercritique, est également coûteuse pour les producteurs et nécessite une surveillance accrue du développement des plantes pour veiller à ce qu’elles ne contiennent pas plus des 0,2% de THC réglementaires, et une bonne concentration des molécules recherchées. La concentration des principes actifs d’une plante est en effet soumise à des variations naturelles en lien notamment avec le soin qui est accordé à chaque plant, le climat et la qualité des sols. L’extraction supercritique est la seule qui permet de n’altérer aucun des autres composants actifs de la plante lorsqu’on souhaite les conserver, comme les terpènes, responsables de la qualité gustative des produits. Des molécules complémentaires au CBD, aux propriétés thérapeutiques spécifiques, pour plus de bienfaits, et pour un CBD plus efficace par effet d’entourage. C’est également la méthode qui permet d’obtenir le plus pur des CBD, sans aucun résidu de solvant. Une pureté qui a donc un prix !

 


 

10 : Il faut du matériel spécial pour vapoter du CBD

 

Pour vapoter du CBD, pas besoin d’un matériel spécifique. Une cigarette électronique suffira pour vous lancer. L’idée reçue n°10 est donc bien fausse. Toutefois, nous la nuancerons ici, car toutes les e-cigarettes ne sont pas appropriées. Dites au revoir au kits subohms et aux atomiseurs dédiés à la grosse vapeur. Le CBD vaporisé ayant une excellente biodisponibilité et la faculté de procurer un hit très puissant à qui en consomme, il nécessite l’usage d’un matériel peu puissant pour des séances de vape agréables et sans effets indésirables.

 

Quel matériel pour Vapoter du CBD ?

Une cigarette électronique dite débutant sera tout à fait adaptée, ainsi que les pods et autres kits compacts dédiés à la vape MTL. Si vous avez déjà une box sous la main, il est bien sûr tout à fait possible de n’investir que dans un clearomiseur ou un atomiseur reconstructible dédié à la vape en inhalation indirecte. Attention aux mélanges de saveurs : les e-liquides au CBD naturellement parfumés grâce à leurs terpènes sont fortement aromatisés et durent longtemps dans les réservoirs. Si vous envisagez jongler entre plusieurs saveurs, mieux vaut prévoir plusieurs cartouches ou Pyrex et résistances.

Petite précision : votre cigarette électronique ou clearomiseur devra être équipé de résistances supérieures à 1ohm, parfaites pour vapoter un e-liquide fluide, riche en propylène glycol, comme ceux au CBD. Ce seront également les plus économiques, qui vous apporteront raisonnablement du CBD, sans consommer beaucoup d’e-liquide.

Découvrir toutes nos cigarettes électroniques pour le CBD

Découvrir tous nos clearomiseurs pour le CBD

Découvrir tous nos atomiseurs reconstructibles pour le CBD

Dernier point, des plus importants : l’huile de CBD ne peut absolument pas être utilisée pour une prise de CBD par vaporisation. Seuls les e-liquides au CBD et les boosters de CBD pour le DIY sont adaptés à cet usage.

Découvrir tous nos e-liquides au CBD

Découvrir tous nos boosters de CBD

 


 

Notre article touche déjà à sa fin. Nous espérons avoir réussi à dissiper toutes vos confusions à propos du CBD et vous disons à bientôt pour vous présenter en détails la fabrication du CBD.

 

Des avis vérifiés

Livraison express

Chez vous en 24/48h max

350 961
Clients

nous font confiance